[coses dites de les llegides pel vostre estimat Sull i Pelat Peret de Baix - d'ençà del desembre del 1986 - quan hom li féu obsequi de certa llibreta, i això va fer: hi començà d'apuntar els llibres llegits, només els llegits de bec a bec, és clar, afegint-hi alhora què li havien semblats, si fa no fa, i esmerçant-hi l'espai que en aquell moment li era llegut (pel que fos) d'esmerçar-hi...]

dimecres, de desembre 04, 2013

Ens n’aprimem dels gruixuts




Ens n’aprimem dels gruixuts.



Acabat, setze-agost-2009. De Max Gallo, “Moi, j’écris pour agir” (Vie de Voltaire). 2008.


Nova biografia, força fluixa.

Comença dient el rum-rum que fos bord, fill del mosqueter Rocabruna. Després, de petit dat pel cul pels capellans. “Ah ces damnés Jésuites, quand j’étais enfant, m’ont sodomisé à tel point que je ne m’en remettrai jamais tant que je vivrai!” Comencem doncs bé.

Llavors tant el “pare” Nadal com ell escriuen peces sobre Marianna, la dona del rei Herodes (?). Odis, rancúnies; intrigues i tripijocs entre claques; hom paga claques perquè aplaudeixin la pròpia obra com perquè xiulin la de l’oponent.

Enveja d’altres “dames” envers la marquesa du Châtelet: “Elle s’est faite géomètre pour paraître au-dessus des autres femmes... Sa science est un problème difficile à résoudre; elle ne parle que comme Sganarelle parlait latin devant ceux qui ne le savaient pas.” Típic.

Frederic II de Prússia (qui en fins versos quasi-catalans ja descobrí la beutat incomparable de les catalanes) també se’n fot dels soldats gals en diguem-ne gal: —Ces aimables poltrons, plus femmes que soldats,/ sont faits pour les théatres et non pour les combats.

(...)

La du Châtelet prenys. I els qui murmuren (hà!):
—Mais quelle diable d’envie a donc pris Madame du Châtelet de coucher avec son mari?
—Vous verrez, que c’est une envie de femme grosse.

(...)

En Voltaire mateix dient-se motius. Chie-en-pot la perruque. A la cort d’en Frederic II.
—Caga-en-pot la perruca és ací de debò feliç, hom el festeja, acull, honora i acarona més que no es mereix pas.

(...)

Frederic se’n cansa.
—Potser en tindré menester un any més; serà com la taronja, un pic espremuda en llences l’escorça.

I en Voltaire, pansit.
—Sóc com qui caient de cap alt cloquer i trobant-se prou tovet enjòlit, va dient, Ep i sobretot que duri.

(...)

Un cop “lliure” d’en Frederic.
—Uf. Hom es decep si mai pensa que cap rei pot mai esdevenir un altre Salomó, o cap filòsof. No, tot rei roman dèspota. El serveixes, ni que fos de camarlenc, en reps creus, privilegis, i tanmateix t’arrisques a no ésser altre a cada instant que servil cortesà, gos agradós qui, mentre tingui el platet ple, es deixa endogalar.

(...)

Referència a l’astrònom Lalande. Apareix arreu. Ubic.
—Il y a des gens qui craignent de manier des araignées, il y en a d’autres qui les avalent. [Crues! hauria afegit en Fourier.]

(...)

Contra els maleïts fanocs o zaïds (sicaris de la fanoqueria).
—Fanatiques papistes, fanatiques calvinistes, tous sont épris de la même merde détrempée de sang corrompu!
—Moïse, c’est un trompeur qui conduisait un peuple imbecile!

(...)

Ataca Rousseau qui el denuncia als capellans dels collons.
—Dels folls ens n’apiadem; mes quan la bogeria esdevé furiosa, els amarrem.

(...)

Raó rai.
—Malheur aux longues dissertations! La vie est trop courte pour lire à la suite de gros volumes hors de prix.

(...)

Sanguinari. Escriu a Caterina II de Rússia.
—Apprenez-moi incessamment le massacre de cinquante ou soixante mille Turcs, si vous voulez me faire sauter de joie!

Vampiresc.
—Votre Majesté me rend la vie en tuant des Turcs.

[Això fa pensar en Christopher Hitchens al darrer capítol de la seua vida. Mateix odi cap als menys il·lustrats, i el perill que representaria que mai guanyessin — com guanyaren (amb permís del ferotges capitalistes ianquis) per exemple durant el franquisme — i quants d’anys no fot que els catalans ens en volem desempallegar, i ens costa... ens costa! Els merdanyols (aquella casta podrida de lladres) havent-se’l apropiat (el franquisme) com quelcom substancial a llur miserable existència.]

(...)

Hom ensuma fortor de mort.
—Tout est passé, et on passe enfin soi-même pour aller trouver le néant ou quelque chose qui n’a nul rapport avec nous, et qui est par conséquent le néant pour nous.

(...)

I ara cap al capdarrer surt en Lalande mateix. El rep a la lògia masònica de les Les Nou Sors.
—Quel citoyen a mieux que vous servi la patrie en l’éclairant sur ses devoirs et sur ses véritables intérêts, en rendant le fanatisme odieux et la superstition ridicule.

En Voltaire al tec que segueix ja no pot menjar més que una mica de “prou digestes” galetes de fava.

(...)

Com en Hitchens encara, condemnat a mort imminent pel càncer galopant.
—Je supporte avec constance / ma longue et triste souffrance / sans l’erreur de l’espérance.

(...)

Revenja merdosa dels mitjans cretins quan en V. ja ha mort. Tractant-lo de menja-estronts i tot. A la Gaseta de Colònia.
—Tot morint, es mossegava els dits, i allargant les mans fins a l’orinal, i agafant-n’hi el contingut, se l’ha menjat!

(...)

Més tard, en Beaumarchais, i llavors Caterina II, salven els seus papers. Doncs gràcies, tu, escolta!


~0~0~


Acabat, 18-VII-2009, d’en Rousseau, Les Confessions (publicades entre 1765-81), amb annexos (1817).


Sentimental [J’ai souvent regretté qu’il n’existât pas de Dryades; c’eût infailliblement été parmi elles que j’aurais fixé mon attachement], més sincer que els seus predecessors [J’avais toujours ri de la fausse naïveté de Montaigne, qui, faisant semblant d’avouer ses défauts, a grand soin de ne s’en donner que d’aimables; tandis que je sentais, moi qui me suis cru toujours, et qui me crois encore, à tout prendre, le meilleur des hommes, qu’il n’y a point d’intérieur humain, si pur qu’il puisse être, qui ne recèle quelque vice odieux] i qui te’n conta de verdes (sobretot) i de madures (no gaires). Amb moltes d’assumpcions de les intencions d’altri, impossibles de provar, altre que per la seua (prou fal·lible) intuïció. Després, molt ploramiques i (llas!) “honorable”.

Ara, caldria compulsar les memòries amb els escrits. Caldria haver llegit els escrits abans de les memòries.

Com Voltaire, havia de jugar amb la realitat de la falsedat i la falsedat de la realitat, és a dir, fent llibres i dient que no els havia escrits ell (no fos cas), mentre d’altres llibres que hom li imputava d’haver escrit sense que fos veritat, els havia de condemnar. T’hi anava l’exili, o el coll. O els enemics et feien dir el que els convenia, i no pas el teu pensament.

Defensant-se’n.
—C’est un des malheurs de ma vie qu’avec un si grand désir d’être oublié, je sois contraint de parler de moi même sans cesse.

(...)

Hà!
—Ce grand mot, notre sainte religion, dans un livre est presque toujours une sentence de mort contre quelqu’un; c’est le manteau sacré dont se couvrent des passions viles et basses qui n’osent se montrer nues. Toutes les fois que vous verrez un homme en attaquer un autre avec animosité sur la religion, dites hardiment, L’agresseur est un fripon; vous ne vous tromperez de la vie. [Cert, quants de malparits fastigosos quan manen empren la merda de la religió per a condemnar a mort o pitjor algú o altre, ho feren i fan els pitjors elements, Franco, Hitler, Bush, etc.]

(...)

—L’honneur des particuliers n’est pas moins sous la garde du gouvernement que leurs biens et leurs vies. [Mentrestant, què ens guarden els maleïts castelladres? Res! Tant de paper malaguanyat: la passió de l’honor malentesa!]

(...)

Les Confessions, dividides en dotze “llibres”. Els quatre primers, i el setè, vuitè, novè i dotzè, bons. El cinquè i sisè, desè i onzè, pse.

Comença ben disciplinadet, sotmès a deessa, com cal!

—Être aux genoux d’une maîtresse impérieuse, obéir à ses ordres, avoir des pardons à lui demander, étaient pour moi de très douces jouissances; et plus ma vive imagination m’enflammait le sang, plus j’avais l’air d’un amant transi. (...) cette manière de faire l’amour... n’est pas fort dangereuse à la vertu de celles qui en sont l’objet. J’ai donc fort peu possédé, mais je n’ai pas laissé de jouir beaucoup à ma manière, c’est-à-dire par l’imagination.

A escola, redreçador de torts, defensant companys més febles (com un qui conec).

—Je voulus me battre; c’était ce que les petits coquins demandaient. Je battis, je fus battu. (...) Me voilà déjà redresseur des torts.

D’aprenent de rellotger.
—Il faut que, malgré l’éducation la plus honnête, j’eusse un grand penchant à dégénérer; car cela se fit très rapidement sans la moindre peine, et jamais César si précoce ne devint si promptement Laridon [gos maltractat].

Perfecta explicació.

—On comprendra sans peine une de mes prétendues contradictions, celle d’allier une avarice presque sordide avec le plus grand mépris pour l’argent. C’est un meuble pour moi si peu commode, que je ne m’avise pas même de désirer celui que je n’ai pas, et que quand j’en ai je le garde longtemps sans le dépenser, faute de savoir l’employer à ma fantaisie: mais l’occasion commode et agréable se présente-t-elle, j’en profite si bien que ma bourse se vide avant que je m’en sois aperçu. Du reste, ne cherchez pas en moi le tic des avares, celui de dépenser pour l’ostentation; tout au contraire, je dépense en secret et pour le plaisir: loin de me faire gloire de dépenser, je m’en cache. Je sens si bien que l’argent n’est pas à mon usage, que je suis presque honteux d’en avoir, encore plus de m’en servir. Si j’avais eu jamais un revenu suffisant pour vivre commodément, je n’aurais point été tenté d’être avare, j’en suis très sûr; je dépenserais tout mon revenu sans chercher à l’augmenter: mais ma situation précaire me tient en crainte. J’adore la liberté; j’abhorre la gêne, la peine, l’assujettissement. Tant que dure l’argent que j’ai dans ma bourse, il assure mon indépendance; il me dispense de m’intriguer pour en trouver d’autre, nécessité que j’eus toujours en horreur; mais de peur de le voir finir, je le choie. L’argent qu’on possède est l’instrument de la liberté; celui qu’on pourchasse est celui de la servitude. Voilà pourquoi je serre bien et ne convoite rien.

(...)

Idòlatres.
—Quoique [el capellà] M. de Pontverre fût un bon homme, ce n’était assurément pas un homme vertueux; au contraire, c’était un dévot qui ne connaissait d’autre vertu que d’adorer les images et de dire le rosaire.

(...)

A Torí, de catecumen, s’hi troba tals “devots” qui s’aprofiten dels cretins.
—Dans cette salle d’assemblée étaient quatre ou cinq affreux bandits, mes camarades d’instruction, et qui semblaient plutôt des archers du diable que des aspirants à se faire enfants de Dieu. Deux de ces coquins étaient des Esclavons, qui se disaient Juifs et Mores, et qui, comme ils me l’avouèrent, passaient leur vie à courir l’Espagne et l’Italie, embrassant le christianisme et se faisant baptiser partout où le produit en valait la peine.

D’un marit qui segur que serà banyut, car massa fa vigilar la dona.
—Mais, quoique sage et bien née, elle était Italienne, c’est-à-dire sensible et vindicative; et il avait tort, ce me semble, de prendre avec elle les moyens les plus propres à s’attirer le malheur qu’il craignait.

Desig foll de cardar!
—Un jour à table, au moment qu’elle avait mis un morceau dans sa bouche, je m’écrie que j’y vois un cheveu: elle rejette le morceau sur son assiette; je m’en saisis avidement et l’avale.

Com li reca d’haver deixat el seu amic continuar el viatge sol.
—Sa caisse de musique, qui contenait toute sa fortune, cette précieuse caisse, sauvée avec tant de fatigue, avait été saisie en arrivant à Lyon, par les soins du comte Dortan, à qui le chapitre avait fait écrire pour le prévenir de cet enlèvement furtif. Le Maître avait en vain réclamé son bien, son gagne-pain, le travail de toute sa vie. La propriété de cette caisse était tout au moins sujette à litige: il n’y en eut point. L’affaire fut décidée à l’instant même par la loi du plus fort, et le pauvre le Maître perdit ainsi le fruit de ses talents, l’ouvrage de sa jeunesse, et la ressource de ses vieux jours.

Cert.
—L’incertitude de l’avenir m’a toujours fait regarder les projets de longue exécution comme des leurres de dupe.

—Je suis facile à décourager, surtout dans les entreprises pénibles et de longue haleine. Le mauvais succès de celle-ci me dégoûta de toute autre; et regardant, selon mon ancienne maxime, les objets lointains comme des leurres de dupes, je me déterminai à vivre désormais au jour la journée.

Fàcil.
—Il me demanda une fois ce qu’il y avait de remarquable au Marché-Neuf. Je battis la campagne comme on peut croire. Après avoir passé vingt ans à Paris, je dois à présent connaître cette ville; cependant, si l’on me faisait aujourd’hui pareille question, je ne serais pas moins embarrassé d’y répondre, et de cet embarras on pourrait aussi bien conclure que je n’ai jamais été à Paris: tant, lors même qu’on rencontre la vérité, l’on est sujet à se fonder sur des principes trompeurs! [El mercat Nou era el vell, com el pont Nou a París és el vell, i el camp Nou a Barcelona de nou no pas gens.]

Afeccionat a pelar-se-la.
—Un homme en bonnet vint s’asseoir à côté de moi. Cet homme avait l’air d’un de ces ouvriers en soie qu’on appelle, à Lyon, des taffetatiers. Il m’adresse la parole; je lui réponds. A peine avions-nous causé un quart d’heure, que, toujours avec le même sang-froid et sans changer de ton, il me propose de nous amuser de compagnie. J’attendais qu’il m’expliquât quel était cet amusement, mais sans rien ajouter, il se mit en devoir de m’en donner l’exemple. Nous nous touchions presque, et la nuit n’était pas assez obscure pour m’empêcher de voir à quel exercice il se préparait. Il n’en voulait point à ma personne; du moins rien n’annonçait cette intention, et le lieu ne l’eût pas favorisée: il ne voulait exactement, comme il me l’avait dit, que s’amuser et que je m’amusasse, chacun pour son compte; et cela lui paraissait si simple, qu’il n’avait pas même supposé qu’il ne me le parût pas comme à lui. Je fus si effrayé de cette impudence, que, sans lui répondre, je me levai précipitamment et me mis à fuir à toutes jambes, croyant avoir ce misérable à mes trousses. J’étais si troublé, qu’au lieu de gagner mon logis par la rue Saint-Dominique, je courus du côté du quai, et ne m’arrêtai qu’au delà du pont de bois, aussi tremblant que si je venais de commettre un crime. J’étais sujet au même vice: ce souvenir m’en guérit pour longtemps. [Quelcom de calcat li esdevé al pintor amb l’adroguer a The Vivisector d’en Patrick White.]

Amb un capellà marieta...
—Le matin, monsieur l’abbé (...) pria une des filles de son hôtesse, qui était jolie, d’en faire apporter [l’esmorzar]. Elle lui dit qu’elle n’avait pas le temps. Il s’adressa à sa sœur qui ne daigna pas lui répondre. Nous attendions toujours; point de déjeuner. Enfin nous passâmes dans la chambre de ces demoiselles. Elles reçurent monsieur l’abbé d’un air très peu caressant. J’eus encore moins à me louer de leur accueil. L’aînée, en se retournant, m’appuya son talon pointu sur le bout du pied, où un cor fort douloureux m’avait forcé de couper mon soulier; l’autre vint ôter brusquement de derrière moi une chaise sur laquelle j’étais prêt à m’asseoir; leur mère, en jetant de l’eau par la fenêtre, m’en aspergea le visage; en quelque place que je me misse, on m’en faisait ôter pour y chercher quelque chose; je n’avais été de ma vie à pareille fête. Je voyais dans leurs regards insultants et moqueurs une fureur cachée à laquelle j’avais la stupidité de ne rien comprendre. [Lió, pàtria dels marietes.] (...) il m’en est resté une impression peu avantageuse au peuple de Lyon, et j’ai toujours regardé cette ville comme celle de l’Europe où règne la plus affreuse corruption.

Pobre!
—Au cadastre, occupé huit heures par jour du plus maussade travail, avec des gens encore plus maussades; enfermé dans un triste bureau empuanti de l’haleine et de la sueur de tous ces manants, la plupart fort mal peignés et fort malpropres, je me sentais quelquefois accablé jusqu’au vertige par l’attention, l’odeur, la gêne et l’ennui.

Calent.
—J’y allais le matin, et elle était encore en déshabillé, sans autre coiffure que ses cheveux négligemment relevés, ornés de quelques fleurs qu’on mettait à mon arrivée, et qu’on ôtait à mon départ pour se coiffer. Je ne crains rien tant dans le monde qu’une jolie personne en déshabillé; je la redouterais cent fois moins parée.

Hà.
—On dit que chez les mahométans un homme passe au point du jour dans les rues pour ordonner aux maris de rendre le devoir à leurs femmes. Je serais un mauvais Turc à ces heures-là.

—M. de Tavel, son premier amant, fut son maître de philosophie, et les principes qu’il lui donna furent ceux dont il avait besoin pour la séduire. La trouvant attachée à son mari, à ses devoirs, toujours froide, raisonnante, et inattaquable par les sens, il l’attaqua par des sophismes, et parvint à lui montrer ses devoirs auxquels elle était si attachée comme un bavardage de catéchismes fait uniquement pour amuser les enfants; l’union des sexes, comme l’acte le plus indifférent en soi; la fidélité conjugale, comme une apparence obligatoire dont toute la moralité regardait l’opinion; le repos des maris, comme la seule règle du devoir des femmes; en sorte que des infidélités ignorées, nulles pour celui qu’elles offensaient, l’étaient aussi pour la conscience: enfin il lui persuada que la chose en elle-même n’était rien, qu’elle ne prenait d’existence que par le scandale, et que toute femme qui paraissait sage, par cela seul l’était en effet. C’est ainsi que le malheureux parvint à son but...

—Rien ne rétrécit plus l’esprit, rien n’engendre plus de riens, de rapports, de paquets, de tracasseries, de mensonges, que d’être éternellement renfermés vis-à-vis les uns des autres dans une chambre, réduits pour tout ouvrage à la nécessité de babiller continuellement.

Montpeller.
—Je partis vers la fin de novembre, après six semaines ou deux mois de séjour dans cette ville, où je laissai une douzaine de louis sans aucun profit pour ma santé ni pour mon instruction, si ce n’est un cours d’anatomie commencé sous M. Fitz-Moris, et que je fus obligé d’abandonner par l’horrible puanteur des cadavres qu’on disséquait, et qu’il me fut impossible de supporter.

Cal pensar-hi.
—La privation que je m’étais imposée et qu’elle avait fait semblant d’approuver est une de ces choses que les femmes ne pardonnent point, quelque mine qu’elles fassent, moins par la privation qui en résulte pour elles-mêmes, que par l’indifférence qu’elles y voient pour leur possession. Prenez la femme la plus sensée, la plus philosophe, la moins attachée à ses sens; le crime le plus irrémissible que l’homme, dont au reste elle se soucie le moins, puisse commettre envers elle, est d’en pouvoir jouir et de n’en rien faire.

A cal flequer, un cavaller? Impossible!
—Malheureusement je n’ai jamais pu boire sans manger. Comment faire pour avoir du pain? Il m’était impossible d’en mettre en réserve. En faire acheter par les laquais, c’était me déceler, et presque insulter le maître de la maison. En acheter moi-même, je n’osai jamais. Un beau monsieur l’épée au côté aller chez un boulanger acheter un morceau de pain, cela se pouvait-il?

Un element de la bòfia, bon home... Increïble!
—Il était judicieux, équitable, et, ce qu’on n’attendrait pas d’un officier de maréchaussée, même très humain.

Ull viu.
—Rien ne montre mieux les vrais penchants d’un homme que l’espèce de ses attachements... (A moins qu’il ne se soit d’abord trompé dans son choix, ou que celle à laquelle il s’était attaché n’ait ensuite changé de caractère... [i que ningú no gosi aplicar-ho a la meua dona] elle est, il est vrai, plus bornée et plus facile à tromper que je n’avais cru; mais pour son caractère, pur, excellent, sans malice, il est digne de toute mon estime...)

—Durant mes conférences avec ces messieurs je me convainquis, avec autant de certitude que de surprise, que si quelquefois les savants ont moins de préjugés que les autres hommes, ils tiennent, en revanche, encore plus fortement à ceux qu’ils ont.

Ridículs buròcrates, com pertot i sempre.
—M. de Montaigu, qui, je crois, voulait plaire à la république, ne manquait pas aussi, malgré mes représentations, de me faire assurer dans toutes ses dépêches qu’elle n’enfreindrait jamais la neutralité. L’entêtement et la stupidité de ce pauvre homme me faisaient écrire et faire à tout moment des extravagances dont j’étais bien forcé d’être l’agent puisqu’il le voulait, mais qui me rendaient quelquefois mon métier insupportable, et même presque impraticable. Il voulait absolument, par exemple, que la plus grande partie de sa dépêche au roi et de celle au ministre fût en chiffres, quoique l’une et l’autre ne contînt absolument rien qui demandât cette précaution. Je lui représentai qu’entre le vendredi qu’arrivaient les dépêches de la cour, et le samedi que partaient les nôtres, il n’y avait pas assez de temps pour l’employer à tant de chiffres, et à la forte correspondance dont j’étais chargé pour le même courrier. Il trouva à cela un expédient admirable: ce fut de faire dès le jeudi la réponse aux dépêches qui devaient arriver le lendemain [típic dels “governs” xarnecs!]. Cette idée lui parut même si heureusement trouvée, quoi que je pusse lui dire sur l’impossibilité, sur l’absurdité de son exécution, qu’il en fallut passer par là; et tout le temps que j’ai demeuré chez lui, après avoir tenu note de quelques mots qu’il me disait dans la semaine à la volée, et de quelques nouvelles triviales que j’allais écumant par-ci par-là, muni de ces uniques matériaux, je ne manquais jamais le jeudi matin de lui porter le brouillon des dépêches qui devaient partir le samedi, sauf quelques additions ou corrections que je faisais à la hâte sur celles qui devaient venir le vendredi, et auxquelles les nôtres servaient de réponses. Il avait un autre tic fort plaisant, et qui donnait à sa correspondance un ridicule difficile à imaginer: c’était de renvoyer chaque nouvelle à sa source, au lieu de lui faire suivre son cours. Il marquait à M. Amelot les nouvelles de la cour, à M. de Maurepas celles de Paris, à M. d’Havrincourt celles de Suède, à M. de la Chetardie celles de Pétersbourg, et quelquefois à chacun celles qui venaient de lui-même, et que j’habillais en termes un peu différents. Comme de tout ce que je lui portais à signer il ne parcourait que les dépêches de la cour, il signait celles des autres ambassadeurs sans les lire, cela me rendait un peu plus le maître de tourner ces dernières à ma mode, et j’y fis au moins croiser les nouvelles. Mais il me fut impossible de donner un tour raisonnable aux dépêches essentielles: heureux encore quand il ne s’avisait pas d’y larder impromptu quelques lignes de son estoc, qui me forçaient de retourner transcrire en hâte toute la dépêche ornée de cette nouvelle impertinence, à laquelle il fallait donner l’honneur du chiffre, sans quoi il ne l’aurait pas signée. Je fus tenté vingt fois, pour l’amour de sa gloire, de chiffrer autre chose que ce qu’il avait dit; mais sentant que rien ne pouvait autoriser une pareille infidélité, je le laissai délirer à ses risques, content de lui parler avec franchise, et de remplir au moins mon devoir auprès de lui.

Venecians.
—Je savais, il savait aussi que l’usage constant des nobles vénitiens est de ne jamais payer, de retour dans leur patrie, les dettes qu’ils ont contractées en pays étranger.

A ca la meuca. Hipocondria.
—La Padoana chez qui nous allâmes était d’une assez jolie figure, belle même, mais non pas d’une beauté qui me plût. Dominique me laissa chez elle. Je fis venir des sorbetti, je la fis chanter, et au bout d’une demi-heure, je voulus m’en aller, en laissant sur la table un ducat; mais elle eut le singulier scrupule de n’en vouloir point qu’elle ne l’eût gagné et moi la singulière bêtise de lever son scrupule. Je m’en revins au palais, si persuadé que j’étais poivré, que la première chose que je fis en arrivant fut d’envoyer chercher le chirurgien pour lui demander des tisanes. Rien ne peut égaler le malaise d’esprit que je souffris durant trois semaines, sans qu’aucune incommodité réelle, aucun signe apparent le justifiât. Je ne pouvais concevoir qu’on pût sortir impunément des bras de la Padoana. Le chirurgien lui-même eut toute la peine imaginable à me rassurer. Il n’en put venir à bout qu’en me persuadant que j’étais conformé d’une façon particulière à ne pouvoir pas aisément être infecté [?]; et quoique je me sois moins exposé peut-être qu’aucun autre homme à cette expérience, ma santé, de ce côté, n’ayant jamais reçu d’atteinte, m’est une preuve que le chirurgien avait raison [absurd]. Cette opinion cependant ne m’a jamais rendu téméraire; et si je tiens en effet cet avantage de la nature, je puis dire que je n’en ai pas abusé.

A Venècia, et venen la xiqueta.
—Carrió était galant: ennuyé de n’aller toujours que chez des filles engagées à d’autres, il eut la fantaisie d’en avoir une à son tour; et, comme nous étions inséparables, il me proposa l’arrangement, peu rare à Venise, d’en avoir une à nous deux. J’y consentis. Il s’agissait de la trouver sûre. Il chercha tant, qu’il déterra une petite fille de onze à douze ans, que son indigne mère cherchait à vendre. Nous fûmes la voir ensemble. Mes entrailles s’émurent en voyant cette enfant: elle était blonde et douce comme un agneau; on ne l’aurait jamais crue Italienne. On vit pour très peu de chose à Venise: nous donnâmes quelque argent à la mère, et pourvûmes à l’entretien de la fille. (...) il est vrai que ce qui nous attache le plus aux femmes est moins la débauche qu’un certain agrément de vivre auprès d’elles! Insensiblement mon cœur s’attachait à la petite Anzoletta, mais d’un attachement paternel, auquel les sens avaient si peu de part, qu’à mesure qu’il augmentait il m’aurait été moins possible de les y faire entrer; et je sentais que j’aurais eu horreur d’approcher cette fille devenue nubile comme d’un inceste abominable. Je voyais les sentiments du bon Carrió prendre, à son insu, le même tour.

Hi toques.
—Je pris un jour le Mercure de France; et tout en marchant et le parcourant, je tombai sur cette question proposée par l’Académie de Dijon pour le prix de l’année suivante, Si le progrès des sciences et des arts a contribué à corrompre ou à épurer les mœurs. A l’instant de cette lecture je vis un autre univers et je devins un autre homme. Quoique j’aie un souvenir vif de l’impression que j’en reçus, les détails m’en sont échappés depuis que je les ai déposés dans une de mes quatre lettres à M. de Malesherbes. C’est une des singularités de ma mémoire qui mérite d’être dite. Quand elle me sert, ce n’est qu’autant que je me suis reposé sur elle: sitôt que j’en confie le dépôt au papier, elle m’abandonne; et dès qu’une fois j’ai écrit une chose, je ne m’en souviens plus du tout.

[Veig que en la lletra a en Malesherbes (1762) hi diu que, colpit per la qüestió, cau llagimejant al peu d’un arbre de l’avinguda i, convuls, hi escriu (al cap; mentalment, doncs) durant mitja hora (o un quart, com diu després) arguments magnífics contra el sistema i les institucions actuals que corrompen l’home (nat naturalment bo), i hi diu que al capdavall només hi escriu, cuita-corrents, a cop de llapis, la Prosopopeia d’en Fabrici.]

(...)

Lleig geperut mes sortós amb les dones.
—Le médecin Procope, petit Ésope à bonnes fortunes.

En presència del rei ningú no aplaudeix.
—On ne claque point devant le roi, cela fit qu’on entendit tout; la pièce et l’auteur y gagnèrent.

Artista cagadet, vull dir, incontinent.
—Ma maudite timidité, qui me trouble devant le moindre inconnu, m’aurait-elle quitté devant le roi de France...

Quan no és culpa d’en Voltaire, és culpa d’en Diderot.
—[En Diderot] abusait de ma confiance, pour donner à mes écrits ce ton dur et cet air noir, qu’ils n’eurent plus quand il cessa de me diriger. Le morceau du philosophe qui s’argumente en se bouchant les oreilles pour s’endurcir aux plaintes des malheureux est de sa façon.

—Pour Diderot, je ne sais comment, toute mes conferences avec lui tendaient toujours à me rendre satirique et mordant plus que mon naturel ne me portait à l’être. [Tot i que més tard... Tout ce que j’entrevois à travers les mystères qui m’environnent me fait craindre de n’avoir pas connu Diderot.]

Bona idea, al capdavall.
—Cette promenade et cette occupation firent du bien à mon humeur et à ma santé. Il y avait déjà plusieurs années que, tourmenté de ma rétention d’urine, je m’étais livré tout à fait aux médecins, qui, sans alléger mon mal, avaient épuisé mes forces et détruit mon tempérament. Au retour de Saint-Germain, je me trouvai plus de forces et me sentis beaucoup mieux. Je suivis cette indication, et, résolu de guérir ou mourir sans médecins et sans remèdes, je leur dis adieu pour jamais, et je me mis à vivre au jour la journée.

Metges.
—La douleur de voir s’éteindre peu à peu ce dernier enfant de la plus grande espérance, et cela par l’aveugle confiance de la mère au médecin, qui fit périr ce pauvre enfant d’inanition, avec des médecines pour toute nourriture. (...) Enfin, j’eus beau dire et beau faire, le médecin l’emporta, et l’enfant mourut de faim.

Hà.
—A peine étions-nous à la moitié de notre route, que Thérèse marqua la plus grande répugnance à rester seule dans la voiture avec Gauffecourt, et que quand, malgré ses prières, je voulais descendre, elle descendait et marchait aussi. Je la grondai longtemps de ce caprice, et même je m’y opposai tout à fait, jusqu’à ce qu’elle se vît forcée enfin à m’en déclarer la cause. Je crus rêver, je tombai des nues, quand j’appris que mon ami M. de Gauffecourt, âgé de plus de soixante ans, podagre, impotent, usé de plaisirs et de jouissances, travaillait depuis notre départ à corrompre une personne qui n’était plus ni belle ni jeune, qui appartenait à son ami; et cela par les moyens les plus bas, les plus honteux, jusqu’à lui présenter sa bourse, jusqu’à tenter de l’émouvoir par la lecture d’un livre abominable, et par la vue des figures infâmes dont il était plein. Thérèse, indignée, lui lança une fois son vilain livre par la portière; et j’appris que, le premier jour, une violente migraine m’ayant fait aller coucher sans souper, il avait employé tout le temps de ce tête-à-tête à des tentatives et des manœuvres plus dignes d’un satyre et d’un bouc que d’un honnête homme auquel j’avais confié ma compagne et moi-même.

—Le professeur Vernet, qui me tourna le dos, comme tout le monde, après que je lui eus donné des preuves d’attachement et de confiance qui l’auraient dû toucher, si un théologien pouvait être touché de quelque chose.

Escriure.
—Je sentais qu’écrire pour avoir du pain eût bientôt étouffé mon génie et tué mon talent, qui était moins dans ma plume que dans mon cœur, et né uniquement d’une façon de penser élevée et fière, qui seul pouvait le nourrir. Rien de vigoureux, rien de grand ne peut partir d’une plume toute vénale. La nécessité, l’avidité peut-être, m’eût fait faire plus vite que bien. Si le besoin du succès ne m’eût pas plongé dans les cabales, il m’eût fait chercher à dire moins des choses utiles et vraies, que des choses qui plussent à la multitude; et d’un auteur distingué que je pouvais être, je n’aurais été qu’un barbouilleur de papier. Non, non: j’ai toujours senti que l’état d’auteur n’était, ne pouvait être illustre et respectable, qu’autant qu’il n’était pas un métier. Il est trop difficile de penser noblement, quand on ne pense que pour vivre. Pour pouvoir, pour oser dire de grandes vérités, il ne faut pas dépendre de son succès.

—Je savais que tout mon talent ne venait que d’une certaine chaleur d’âme sur les matières que j’avais à traiter, et qu’il n’y avait que l’amour du grand, du vrai, du beau, qui pût animer mon génie. Et que m’auraient importé les sujets de la plupart des livres que j’aurais à extraire, et les livres mêmes? Mon indifférence pour la chose eût glacé ma plume et abruti mon esprit. On s’imaginait que je pouvais écrire par métier, comme tous les autres gens de lettres, au lieu que je ne sus jamais écrire que par passion.

—Richardson a, en effet, le mérite de les avoir tous bien caractérisés; mais quant à leur nombre, il a cela de commun avec les plus insipides romanciers, qui suppléent à la stérilité de leurs idées à force de personnages et d’aventures. Il est aisé de réveiller l’attention en présentant incessamment et des événements inouïs et de nouveaux visages, qui passent comme les figures de la lanterne magique; mais de soutenir toujours cette attention sur les mêmes objets, et sans aventures merveilleuses, cela, certainement, est plus difficile; et si, toute chose égale, la simplicité du sujet ajoute à la beauté de l’ouvrage, les romans de Richardson, supérieurs à tant d’autres choses ne sauraient, sur cet article, entrer en parallèle avec le mien.

Quan la llibertat és condicionada no és més que fum.
—Madame d’Épinay s’en prévalut pour me faire une proposition qui paraissait m’arranger, et qui l’arrangeait davantage: c’était de me faire avertir toutes les fois qu’elle serait seule, ou à peu près. J’y consentis, sans voir à quoi je m’engageais. Il s’ensuivit de là que je ne lui faisais plus de visite à mon heure, mais à la sienne et que je n’étais jamais sûr de pouvoir disposer de moi-même un seul jour. Cette gêne altéra beaucoup le plaisir que j’avais pris jusqu’alors à l’aller voir. Je trouvai que cette liberté qu’elle m’avait tant promise ne m’était donnée qu’à condition de ne m’en prévaloir jamais.

—J’étais si ennuyé de salons, de jets d’eau, de bosquets, de parterres, et des plus ennuyeux montreurs de tout cela; j’étais si excédé de brochures, de clavecin, de tri, de nœuds, de sots bons mots, de fades minauderies, de petits conteurs et de grands soupers, que quand je lorgnais du coin de l’œil un simple pauvre buisson d’épines, une haie, une grange, un pré; quand je humais, en traversant un hameau, la vapeur d’une bonne omelette au cerfeuil; quand j’entendais de loin le rustique refrain de la chanson des bisquières, je donnais au diable et le rouge, et les falbalas, et l’ambre; et, regrettant le dîner de la ménagère et le vin du cru, j’aurais de bon cœur paumé la gueule à monsieur le chef et à monsieur le maître, qui me faisaient dîner à l’heure où je soupe, souper à l’heure où je dors; mais surtout à messieurs les laquais, qui dévoraient des yeux mes morceaux, et, sous peine de mourir de soif, me vendaient le vin drogué de leur maître dix fois plus cher que je n’en aurais payé de meilleur au cabaret.

—[Le] changement commença sitôt que j’eus quitté Paris, et que le spectacle des vices de cette grande ville cessa de nourrir l’indignation qu’il m’avait inspirée. Quand je ne vis plus les hommes, je cessai de les mépriser; quand je ne vis plus les méchants, je cessai de les haïr.

El comte de Saint-Pierre.
—Cet homme rare, l’honneur de son siècle et de son espèce, et le seul peut-être, depuis l’existence du genre humain, qui n’eut d’autre passion que celle de la raison, ne fit cependant que marcher d’erreur en erreur dans tous ses systèmes, pour avoir voulu rendre les hommes semblables à lui, au lieu de les prendre tels qu’ils sont, et qu’ils continueront d’être. Il n’a travaillé que pour des êtres imaginaires, en pensant travailler pour ses contemporains.

Voltaire.
—Voltaire, en paraissant toujours croire en Dieu, n’a réellement jamais cru qu’au diable, puisque son dieu prétendu n’est qu’un être malfaisant qui, selon lui, ne prend plaisir qu’à nuire. L’absurdité [?] de cette doctrine, qui saute aux yeux, est surtout révoltante dans un homme comblé des biens de toute espèce, qui, du sein du bonheur, cherche à désespérer ses semblables par l’image affreuse et cruelle de toutes les calamités dont il est exempt [?]. [L’absurd i el carallot en això és en Rousseau. Qui és exempt de les calamitats de la gàbia horrorosa del món un cop l’hi llencen? “Déu” no pot ésser altre que l’ésser més maligne mai concebut per la ment dels més cagats.]

Hà.

—J’eus de madame d’Houdetot une seconde visite imprévue. En l’absence de son mari qui était capitaine de gendarmerie, et de son amant qui servait aussi, elle était venue à Eaubonne... (...) [elle] approchait de la trentaine, et n’était point belle; son visage était marqué de petite vérole; son teint manquait de finesse; elle avait la vue basse et les yeux un peu ronds, mais elle avait l’air jeune avec tout cela; et sa physionomie, à la fois vive et douce, était caressante; elle avait une forêt de grands cheveux noirs, naturellement bouclés, qui lui tombaient au jarret; sa taille était mignonne, et elle mettait dans tous ses mouvements de la gaucherie et de la grâce tout à la fois. Elle avait l’esprit très naturel et très agréable; la gaieté, l’étourderie et la naïveté s’y mariaient heureusement: elle abondait en saillies charmantes qu’elle ne recherchait point, et qui partaient quelquefois malgré elle. Elle avait plusieurs talents agréables, jouait du clavecin, dansait bien, faisait d’assez jolis vers. Pour son caractère, il était angélique; la douceur d’âme en faisait le fond; mais hors la prudence et la force, il rassemblait toutes les vertus. Elle était surtout d’une telle sûreté dans le commerce, d’une telle fidélité dans la société, que ses ennemis même n’avaient pas besoin de se cacher d’elle... (...) enfin, quelque fidèle, quelque estimable que fût madame d’Houdetot, elle était femme [!]; il était absent, les occasions étaient fréquentes, les tentations étaient vives, et il lui eût été bien difficile de se défendre toujours avec le même succès contre un homme plus entreprenant.

(...)

Popularitat perenne de l’obra mestra Tirant lo Blanc.

—[Contra Grimm.] Je jugeai qu’un homme qui passe deux heures tous les matins à brosser ses ongles peut bien passer quelques instants à remplir de blanc les creux de sa peau. Le bonhomme Gauffecourt, qui n’était pas sac à diable, l’avait assez plaisamment surnommé Tiran-le-Blanc.
[Gran cagada del traductor a Penguin qui, seguint els vils xarnecs franquistes, se’n fot del Tirant. En petita nota a peu de pàgina, hi diu (1954): L’heroi d’un d’aquells romanços de cavalleria ridiculitzats pel Quixot.] [Al contrari, el Tirant sempre havia estat favorit entre els lectors europeus. I a l’esment de tothom mínimament educat. Per exemple, a l’òpera d’en Rossini, Le Comte Ory, 1828, llibret d’en Scribe i en Delestre-Poirsan. Entre els lladres disfressats de monjos: —Même en une chambrette, / J’ai, dans une cachette, / Cru voir l’historiette / Du beau Tyran-le-Blanc! Etc.]

(...)

—Je jugeai son caractère au moins très suspect; et quant à son amitié, je la décidai fausse. Puis, résolu de ne le plus voir, j’en avertis madame d’Épinay, appuyant ma résolution de plusieurs faits sans réplique, mais que j’ai maintenant oubliés [?].

— J’allai chez Grimm comme un autre George Dandin, lui faire des excuses des offenses qu’il m’avait faites; toujours dans cette fausse persuasion, qui m’a fait faire en ma vie mille bassesses auprès de mes feints amis, qu’il n’y a point de haine qu’on ne désarme à force de douceur et de bons procédés; au lieu qu’au contraire la haine des méchants ne fait que s’animer davantage par l’impossibilité de trouver sur quoi la fonder; et le sentiment de leur propre injustice n’est qu’un grief de plus contre celui qui en est l’objet [Exactament].

—Je n’y pense jamais sans sentir combien sont trompeurs les jugements fondés sur l’apparence, auxquels le vulgaire donne tant de poids, combien souvent l’audace et la fierté sont du côté du coupable, la honte et l’embarras du côté de l’innocent.

Típic. El pobre Carrió ha d’esdevenir Carrion amb la decoració dels ridículs repel·lents canfelipútrids (sempre odiant tot el que és català). [Un pensament s’escau per a n’Ambrosi Carrion, perseguit pels franquistes.]
—Il était décoré d’un ordre d’Espagne, dont j’ai oublié le nom, avec une belle croix en pierreries. Il avait été obligé, dans ses preuves, d’ajouter une lettre à son nom de Carrió, et portait celui du chevalier de Carrion.

Quanta de parisenca no dibuixa aquest petit tret de ploma!
—Cette liaison commença par être orageuse, comme toutes celles que je faisais malgré moi. Il n’y régna même jamais un vrai calme. Le tour d’esprit de madame de Verdelin était par trop antipathique avec le mien. Les traits malins et les épigrammes partent chez elle avec tant de simplicité, qu’il faut une attention continuelle, et pour moi très fatigante, pour sentir quand on est persiflé. Une niaiserie, qui me revient, suffira pour en juger. Son frère venait d’avoir le commandement d’une frégate en course contre les Anglais. Je parlais de la manière d’armer cette frégate, sans nuire à sa légèreté. Oui, dit-elle d’un ton tout uni, l’on ne prend de canon que ce qu’il en faut pour se battre.

Plany. El món per als betzols.
—Comment se conduire, dénué de tout impromptu dans l’esprit? Si je me force à parler aux gens que je rencontre, je dis une balourdise infailliblement: si je ne dis rien, je suis un misanthrope, un animal farouche, un ours. Une totale imbécillité m’eût été bien plus favorable; mais les talents dont j’ai manqué dans le monde ont fait les instruments de ma perte, des talents que j’eus à part moi.

Els calers de la dona.
—Elle a toujours disposé de tout elle-même. Quand je gardais son argent, je lui en tenais un fidèle compte, sans jamais en mettre un liard dans notre commune dépense, même quand elle était plus riche que moi. Ce qui est à moi est à nous, lui disais-je; et ce qui est à toi est à toi.

Hà.
—Les Français surtout, ce peuple si doux, si poli, si généreux, qui se pique si fort de bienséance et d’égards pour les malheureux, oubliant tout d’un coup ses vertus favorites, se signala par le nombre et la violence des outrages dont il m’accablait à l’envi. J’étais un impie, un athée, un forcené, un enragé, une bête féroce, un loup. Le continuateur du journal de Trévoux fit sur ma prétendue lycanthropie un écart qui montrait assez bien la sienne.

Paradís?
—La meilleure des femmes et des mères, qui, déjà chargée d’ans et surchargée d’infirmités et de misères, quitta cette vallée de larmes pour passer dans le séjour des bons, où l’aimable souvenir du bien que l’on a fait ici-bas en fait l’éternelle récompense. (...) Bientôt je cesserai de souffrir aussi; mais si je croyais ne la pas revoir dans l’autre vie, ma faible imagination se refuserait à l’idée du bonheur parfait que je m’y promets.

De retorn al no re.
—L’oisiveté me suffit; et pourvu que je ne fasse rien, j’aime encore mieux rêver éveillé qu’en songe. L’âge des projets romanesques étant passé, et la fumée de la gloriole m’ayant plus étourdi que flatté, il ne me restait, pour dernière espérance, que celle de vivre sans gêne, dans un loisir éternel. C’est la vie des bienheureux dans l’autre monde, et j’en faisais désormais mon bonheur suprême dans celui-ci. (...) J’aime à m’occuper à faire des riens, à commencer cent choses, et n’en achever aucune, à aller et venir comme la tête me chante, à changer à chaque instant de projet, à suivre une mouche dans toutes ses allures, à vouloir déraciner un rocher pour voir ce qui est dessous, à entreprendre avec ardeur un travail de dix ans, et à l’abandonner sans regret au bout de dix minutes, à muser enfin toute la journée sans ordre et sans suite, et à ne suivre en toute chose que le caprice du moment.

Ingenu.
—Je comprends comment les habitants des villes, qui ne voient que des murs, des rues et des crimes, ont peu de foi; mais je ne puis comprendre comment des campagnards, et surtout des solitaires, peuvent n’en point avoir. Comment leur âme ne s’élève-t-elle pas cent fois le jour avec extase à l’auteur des merveilles qui les frappent?

Els corsos.
—J’avais parlé des Corses, dans le Contrat social, comme d’un peuple neuf, le seul de l’Europe qui ne fût pas usé pour la législation; et j’avais marqué la grande espérance qu’on devait avoir d’un tel peuple, s’il avait le bonheur de trouver un sage instituteur. (...) Ne comprenant rien à cet envoi de troupes françaises, ne pouvant raisonnablement penser qu’elles fussent là pour protéger la liberté des Corses, qu’ils étaient très en état de défendre seuls contre les Génois. [Capital teòric que hom no despèn en pràctiques maldestres:] Je prévoyais que, soutenant mal par ma présence l’opinion de capacité qu’avaient pu leur donner mes livres, je me décréditerais chez les Corses, et perdrais, autant à leur préjudice qu’au mien, la confiance qu’ils m’avaient donnée, et sans laquelle je ne pouvais faire avec succès l’œuvre qu’ils attendaient de moi. J’étais sûr qu’en sortant ainsi de ma sphère, je leur deviendrais inutile et me rendrais malheureux.

(...)

Molt divertit, quan no ploramiqueja (ço que llas s’escau sovint) (deler malplaçat de justificació).


~)~(~)~(~


Llegits, mesos més tard, els somieigs tot passejant, que diu que voldria com a cua a les Confessions.

, (escrites 1776-78).


Reaccionari, segurament tocat.

I encara més queixamiques. Paranoic i tot.
—Mais cette fois j’allai plus loin. L’amas de tant de circonstances fortuites, l’élévation de tous mes plus cruels ennemis affectée pour ainsi dire par la fortune, tous ceux qui gouvernent l’État, tous ceux qui dirigent l’opinion publique, tous les gens en place, tous les hommes en crédit triés comme sur le volet parmi ceux qui ont contre moi quelque animosité secrète, pour concourir au commun complot, cet accord universel est trop extraordinaire pour être purement fortuit.

Durant la tercera passejada, més tocat encara. Supersticiós. Creu en l’ànima com a cosa — i amb por que hom l’hi despulli, li llevi el nom on se li asseu. I llavors si que raurà perdut. On? Cal suposar que “a l’altre món”.
—Mon âme s’élancerait fréquemment au-dessus de cette atmosphère, et commercerait d’avance avec les intelligences célestes dont elle espère aller augmenter le nombre dans peu de temps. (Hélas, c’est quand on commence à quitter sa dépouille qu’on en est le plus offusqué!)

I quin egoisme dislocat, quina pudent fatuïtat.
— Cette délibération et la conclusion que j’en tirai ne semblent-elles pas avoir été dictées par le ciel même pour me préparer à la destinée qui m’attendait et me mettre en état de la soutenir? [Fent com aquells esportistes carrinclonets qui agraeixen “déu” del favor que els fa (a ells, a ells, “déu” sempre vigilant qui farà o no farà el golet!) de donar-los la sorteta de fer-lo (ells, ells!). (De vegades, més modestament, el dediquen al parent qui és “al cel”, tampoc aqueix no tenint millor a fotre, no pas que “contemplar cretinament déu”, contemplar com el nebot, o el nét, o el que sigui, fot un golet; cal ésser pastanaga!]

(...)

Hà.
—Deux questions à examiner, très importantes l’une et l’autre. La première, quand et comment on doit à autrui la vérité puisqu’on ne la doit pas toujours. La seconde, s’il est des cas où l’on puisse tromper innocemment. Cette seconde question est très décidée, je le sais bien; négativement dans les livres, où la plus austère morale ne coûte rien à l’auteur, affirmativement dans la société où la morale des livres passe pour un bavardage impossible à pratiquer.

(...)

Encara tímid, es diu, ancià i malalt i tot.
—En devenant plus malheureux, je suis devenu plus timide, et jamais je n’ai menti que par timidité.

Exacte.
—J’écrivais mes Confessions déjà vieux, et dégoûté des vains plaisirs de la vie que j’avais tous effleurés et dont mon cœur avait bien senti le vide. Je les écrivais de mémoire; cette mémoire me manquait souvent ou ne me fournissait que des souvenirs imparfaits et j’en remplissais les lacunes par des détails que j’imaginais en supplément de ces souvenirs, mais qui ne leur étaient jamais contraires.

(...)

Estranyament apologètic, com si ja es veiés jutjat pels carrinclonots jutges merdamandonguillaires, i doncs pesapecats del més enllà. Es presenta penedit com vella fanoca acollonida davant els càstigs promesos pels malignes capellanufes.

(...)

Altament il·lús.
—Il fallait avoir le courage et la force d’être vrai toujours en toute occasion et qu’il ne sortît jamais ni fictions ni fables d’une bouche et d’une plume qui s’étaient particulièrement consacrées à la vérité.

Cinquena passejada més bucòlica. Thoreau s’hi deuria haver inspirat.

Hà. Parlant de dues illes, la petita robada constantment de sa terra per a apariar la grossa.

La substance du faible est toujours employée au profit du puissant.

La bona vida. Abandonar-se al somieig, sense fer mal a ningú.
—Je me laissais aller et dériver lentement au gré de l’eau, quelquefois pendant plusieurs heures, plongé dans mille rêveries confuses mais délicieuses, et qui sans avoir aucun objet bien déterminé ni constant ne laissaient pas d’être à mon gré cent fois préférables à tout ce que j’avais trouvé de plus doux dans ce qu’on appelle les plaisirs de la vie.

Rousseau, fent de “sembrador” de conills a l’illot desert.
—Le pilote des Argonautes n’était pas plus fier que moi menant en triomphe la compagnie et les lapins de la grande île à la petite, et je notais avec orgueil que la receveuse, qui redoutait l’eau à l’excès et s’y trouvait toujours mal, s’embarqua sous ma conduite avec confiance et ne montra nulle peur durant la traversée.

(...)

La noció del temps colpeix de mort la felicitat. Només qui no hagués mai tinguda la malestrugança d’ésser educat en l’apercepció de l’instant que fuig i és ja incopsable per sempre pus (la ficció fastigosa del temps), podria viure en perllongada benaurança.

—Sans avoir besoin de rappeler le passé ni d’enjamber sur l’avenir; où le temps ne soit rien... où le présent dure toujours sans néanmoins marquer sa durée et sans aucune trace de succession...

Car:
—Comment peut-on appeler bonheur un état fugitif qui nous laisse encore le cœur inquiet et vide, qui nous fait regretter quelque chose avant, ou désirer encore quelque chose après?

—Le sentiment de l’existence dépouillé de toute autre affection est par lui-même un sentiment précieux de contentement et de paix, qui suffirait seul pour rendre cette existence chère et douce à qui saurait écarter de soi toutes les impressions sensuelles et terrestres qui viennent sans cesse nous en distraire et en troubler ici-bas la douceur.

Menjar, beure, i somiar despert i dormint — aqueixa fóra la (bona) fórmula. (Les merdoses passions — i totes en són, de merdoses — heus ací l’enemic letal de la felicitat.)

—Il faut que le cœur soit en paix et qu’aucune passion n’en vienne troubler le calme. Il y faut des dispositions de la part de celui qui les éprouve, il en faut dans le concours des objets environnants. Il n’y faut ni un repos absolu ni trop d’agitation, mais un mouvement uniforme et modéré qui n’ait ni secousses ni intervalles.

(...)

Tret lúcid. Tantost “fer el bé” esdevé “deure”, es podreix. Cal vigilar a deixar-se entrampar pels “necessitats” de merda.

—J’ai senti souvent le poids de mes propres bienfaits par la chaîne des devoirs qu’ils entraînaient à leur suite: alors le plaisir a disparu et je n’ai plus trouvé dans la continuation des mêmes soins qui m’avaient d’abord charmé qu’une gêne presque insupportable. Durant mes courtes prospérités beaucoup de gens recouraient à moi, et jamais dans tous les services que je pus leur rendre aucun d’eux ne fut éconduit. Mais de ces premiers bienfaits versés avec effusion de cœur naissaient des chaînes d’engagements successifs que je n’avais pas prévus et dont je ne pouvais plus secouer le joug. Mes premiers services n’étaient aux yeux de ceux qui les recevaient que les arrhes de ceux qui les devaient suivre... Une fois ma personne fut affichée par mes écrits (faute grave sans doute, mais plus qu’expiée par mes malheurs), dès lors je devins le bureau général d’adresse de tous les souffreteux ou soi-disant tels, de tous les aventuriers qui cherchaient des dupes, de tous ceux qui sous prétexte du grand crédit qu’ils feignaient de m’attribuer voulaient s’emparer de moi de manière ou d’autre. [Hà!] Celui qui la première fois refuse un service gratuit qu’on lui demande ne donne aucun droit de se plaindre à celui qu’il a refusé; mais celui qui dans un cas semblable refuse au même la même grâce qu’il lui accorda ci-devant, frustre une espérance qu’il l’a autorisé à concevoir, il trompe et dément une attente qu’il a fait naître. On sent dans ce refus je ne sais quoi d’injuste et de plus dur que dans l’autre... [Tot això perfecte, si vius sol; mes “en civilització”, no et jaquirien pas viure sense deures. El millor és donar-se’n prou un mateix que no es pensin que els en cal afegir gaires, o gens.]

(...)

Això el colpeix, car ho repeteix encara.
—Comme je l’ai dit dans l’Émile, à ce que je crois j’eusse été chez les Turcs un mauvais mari à l’heure où le cri public les appelle à remplir les devoirs de leur état.

(...)

—Si j’eusse été invisible et tout-puissant comme Dieu, j’aurais été bienfaisant et bon comme lui [de quin “déu” deu parlar (tots els “déus” essent malignes titellaires)]. C’est la force et la liberté qui font les excellents hommes. La faiblesse et l’esclavage n’ont jamais fait que des méchants. [Massa taxatiu, és clar.]

—Je n’ai jamais cru que la liberté de l’homme consistât à faire ce qu’il veut, mais bien à ne jamais faire ce qu’il ne veut pas. [Això és més lògic.]

(...)

Més val sol que mal acompanyat.
—Je suis devenu solitaire, ou comme ils disent, insociable et misanthrope, parce que la plus sauvage solitude me paraît préférable à la société des méchants, qui ne se nourrit que de trahisons et de haine.

(...)

El sentiment culpable d’haver ficats, tantost nats, els fills a l’hospici o orfenat, “per por de no poder-los pujar com cal”. Justificacions de darrera hora que semblen força ranques, nàquisses. Semblava haver-ho fet per tal de tindre més lleure, mes sobretot perquè no es fiava gens ni de la dona (massa ximple) ni de la família de la dona (“n’haurien fets monstres”, diu — mes en què els transformaven a l’hospici...?).

El seu “amor als infants” traït (com sempre) pels malignes qui en tota bona obra hi veuen la dolenta; un bon pedòfil (amant dels infants), a llur ment podrida que tot ho podreix, esdevé un “pedòfil” (qui es cardaria infants i qui sap si doncs no els occia i tot).

—Je cours à l’enfant, je l’embrasse de nouveau et je lui donne de quoi acheter des petits pains de Nanterre dont le marchand passait là par hasard, et je commençai à le faire jaser; je lui demandai qui était son père; il me le montra qui reliait des tonneaux. J’étais prêt à quitter l’enfant pour aller lui parler quand je vis que j’avais été prévenu par un homme de mauvaise mine qui me parut être une de ces mouches qu’on tient sans cesse à mes trousses. Tandis que cet homme lui parlait à l’oreille, je vis les regards du tonnelier se fixer attentivement sur moi d’un air qui n’avait rien d’amical. Cet objet me resserra le cœur à l’instant et je quittai le père et l’enfant avec plus de promptitude encore...

(...)

La vida ni fóra cara ni complicada, amb una mica de bona voluntat. Ell compra a uns infants unes pomes i llur felicitat és la felicitat de tothom; ambtant, els rics llencen coques especiades als pobres reunits perquè es combatin i trepitgin per a heure-les...

—Je sentais avec satisfaction la différence qu’il y a des goûts sains et des plaisirs naturels à ceux que fait naître l’opulence, et qui ne sont guère que des plaisirs de moquerie et des goûts exclusifs engendrés par le mépris.

(...)

Vols dir?

—On dit qu’en Hollande le peuple se fait payer pour vous dire l’heure et pour vous montrer le chemin. Ce doit être un bien méprisable peuple que celui qui trafique ainsi des plus simples devoirs de l’humanité. J’ai remarqué qu’il n’y a que l’Europe seule où l’on vende l’hospitalité. Dans toute l’Asie on vous loge gratuitement; je comprends qu’on n’y trouve pas si bien toutes ses aises.

“No hi ha com proveir-se de talents per a entrampar la misèria.”

Bé.


~0~0~


Llegit, u, juliol, 2013.
De n’Elias Canetti, la trilogia de les seues memòries (potser els tres primers llibres, i en seguiran d’altres encara ocults...?)


Die gerettete Zunge (Geschichte einer Jugend) (1977). Die Fackel im Ohr (1980). Das Augenspiel (1985).

Traduïts, en un sol volum, el primer i el segon per Joachim Neugroschel, The Tongue Set Free. The Torch in My Ear. El tercer per Ralph Manheim, The Play of the Eyes. En un sol volum, 834 pàgines (1999).

Llegívols tots tres llibres, amb capítols força bons, alguns de fluixets.
El Canetti, sa mare, forta i atea, immortalitzada patint furors uterines inconfessades. Vinyetes viscudes. Ara, ell sempre fotent el mec d’haver conegut un fotimer de “notables”.

Primers records. Traumàtic. “Et tallaré la llengua” (si parles).
El cometa. Por de la fi del món. (Tots hi passàvem.)
Els capítols a Màntxester, tots bons.
Mania amb els noms de la gent. Mastegots i odis “nacionals”. (La universalitat i vasta extensió dels odis “nacionals”.)
En Busoni.
Pintoret amb arlots.
Tornem-hi, son nom son àncora. Estranya obsessió. És per què el lliga amb son pare (mort quan era tan jove), i l’aferma?
El lladre és el pudent de la bòfia.
Homenatge dels humils a la beutat.


Segon llibre.
Dispeses.
Una mica de D/s.
Brueghel, Rubens.
El parastre de na Veza.
Suïcidi del xicot més bell de classe.
Rivals. Fotògraf “gos” contra fotògraf nan.
Vila dels folls.
Noranta morts.
Grosz.
En Marek.


Tercer llibre.
Part primera dolenta. Broch. Alma Mahler.
El Sonne dels collons.
La filla d’en Mahler.
La mare d’en Canetti.
Frindl Benedikt (Anna Sebastian).
Emil Ludwig.
Racisme.
Ludwig Hardt.
Demostra molta ignorància quan a la guerra del 36.
Trastocats per la mort de la mare, sobretot el germà cabaler.
Hebel. Historieta carrinclona de vella qui retroba el nuvi miner enterrat en vidriol 50 anys en acabat que s’havien de casar.

(...)

Estudiant els moviments de les masses, troba alguns bons principis teòrics.

A les manifestacions multitudinàries, no els cal cap dirigent. Els cal un punt de confluència, un objectiu a atènyer.
[En el cas de les manifestacions a les contrades catalanes, l’objectiu immillorable de la Independència. Per la Independència sempre sortirem al carrer.]

(...)

Abans no se li mori d’un atac al cor, son pare li dóna un llibre sobre en Napoleó. Llibre escrit per un anglès (són a Màntxester), i doncs Napoleó el pitjor criminal.
—Llegia aquest llibre quan mon pare morí. Sempre més m’ha fet fàstic en Nap. (...) Mai més no he pogut sentir el nom d’en Nap sense lligar-lo a la mort de mon pare. De totes les morts perpetrades pel Nap, el pitjor assassinat seu fou el de mon pare.

Les circumstàncies determinen qui esdevens.
—Mon pare [de qui son pare renega perquè s’ha casat amb ma mare] no en servava amargor. Al cap i a la fi, prou havia fugit. Si hagués romàs a Bulgària, dedicat a la feina de son pare, feina que l’oprimia, hauria esdevingut qualcú diferent.

Associa la imatge de Judes amb la d’un dels qui vénen a l’enterrament de son pare, un paio vulgarot.

—[Tot i jueu, m’havia encaterinat amb la historieta d’en Jesús.] No podia comprendre perquè els jueus l’havien crucificat. Ara, pel que fa a en Judes, seguit sabia qui era. Anava tot mostatxut i per comptes d’avergonyir-se’n, se’n reia del mal que havia fet.

—[Més tard, s’ho repensa. La figura de Jesús li sembla, amb raó, un xantatge conjuminat pels malparits qui se n’aprofiten.] Si algú s’hagués mort per al meu benefici, m’hauria deixat ben carregat amb el pitjor sentiment de culpabilitat, com si m’aprofitava d’haver assassinat algú.

Ai. Boniques mosquetes balbes qui tantost les revius amb l’uxòria escalfor de la teua submissió, esdeven furients, molt poixeules, vespes xanes.

—Mon oncle David, tot just mullerat, no hi cabia de content. L’orgull que jo trobés la meua tieta una bellesa sensacional, i em deia de continu, pobre carallot, que li donés petonets. Poc sabia el que l’esperava; se li tornava encontinent una fúria inassadollable i persistent.

A Àustria, encara minyó. Esclatarà la guerra del catorze.
—[A escola, hom encoratja els estudiants al militarisme, i fins al parc la banda a la pèrgola o al mirador romp patriòtica] començà a sonar-hi l’himne alemany, Et saludem, tu qui portes el llorer dels vencedors. I era la mateixa tonada que cantàvem a Anglaterra, God save the king. [Tot i l’animadversió de tothom] cantava l’himne en anglès, i mos germanets, en llur innocència, m’imitaren amb llurs veuetes. [Enmig de la gernació] les cares de tothom es rebregaven de ràbia, i els cops de puny es disparaven contra meu, un xiquet de nou anys, i els tres rebíem, fins mon germanet més petit.

Mania dels noms, estranyament trobant el propi collonut [i en realitat força carrincló; no pas així el nom de part de mare, Arditti, nom català normalment escrit Ardit.].
—[Parlant dels déus i personatges grecs] n’hi havia que viltenia sols pel nom que es deien, mentre d’altres els adorava per llur nom, abans de saber-ne què farien i tot. Després resultava que alguns dels qui portaven els millors noms havien fetes les pitjors barbaritats. Calia harmonitzar contínuament nom i fets.

Sense nom, es perdria.
—Jo un negociant? Quin insult! En un deliri d’emprenyament, al carrer... Fins que deia mon nom i tornava mon urc. Com sempre que arriscava cap perill, em refugiava al meu nom. És allò que més em dóna força.

Fetillat per Karl Kraus, tret que li sembla que porta un nom inferior.
—Em deien (uns coneguts, els Asriels) que el que comptava era la persona i no pas el nom... I ella afegia, “altrament, algú amb un nom tan eufònic com el teu o el meu fórem superiors a un home com en Kraus”.

La poetessa Ibby Gordon.
—Hauries dit esculpida per en Maillol. Era hongaresa, d’un indret que es deia Marmaros Sziget, i allò em duia a l’esment el nom en alemany Marmor, és a dir, marbre, el marbre que en Maillol emprava per a fer-la. En realitat es deia amb el nom molt ridícul d’Ibolya, que en hongarès vol dir Violeta; sort que es feia dir Ibby, i feia servir alhora el pseudònim Gordon, i no el seu cognom Feldmesser, que personalment hauria preferit.

En Broch.
—De sobte, un home tan interessat de conversa, s’aturava en sec i fotia el camp. Era l’hora d’anar a veure el seu analista, el doctor Schaxl. Allò em feria, que fotés el camp com més pregona i sàvia no era la nostra discusió. I, damunt, personalment trobava que el nom d’aquell Schaxl era insultant.

El pintor Doderer.
—Portava un nom irrisori, que s’adeia amb les ganyotes que feia sempre, Doderer. El vaig reveure, famós ell ara, vint anys més tard a Londres; em va visitar fet tot un veterà. Em va demanar si mai no havia matat. Quan li vaig dir que no, em va respondre, bo i fent les ganyotes més despectives que sabia fer: Doncs ets encara verge!

(...)

Bon mètode de sa mare per a acabar la guerra (les guerres).
—Faria afusellar tothom qui s’oposés a la fi de la guerra. Com a enemic de la humanitat.

—Mon padrí deia que no hi ha mai perdó per haver assassinat algú, car la sola persona qui et podria perdonar és justament la qui occies.

(...)

—Quelcom prou ben tramat esdevé argument, tema, canemàs; deixa d’ésser vulgar mentida [és a dir, mereix ésser veritat].

(...)

—Un homenàs tan alt i fort dins un submarí! Sempre m’havia pensat que els escollien ben petitons.

(...)

Com sempre, les esglésies sedegues de cadàvers.
—Els capellans de totes les fes s’esdernegaven a beneir les armes amb les quals persones qui ni s’havien mai vistes abans guerrejarien [i es fotrien maleïdament malbé].

Sa mare, dura.
—Has esdevingut corc de llibre i tot t’és idèntic: la filogènia dels espinacs i Miquel Àngel. No t’has guanyat mai la vida. Guanyar calers no és pas per a tu; en dius, fastiguejat, negocis. Menysprees els diners, menysprees el treball que en duu. Te n’adones que el paràsit ets tu i no pas els qui menysprees?

En una de les dispeses on viu de jove [i els capítols de dispeses són els millors dels llibres — o per motius d’enyor així m’ho sembla].
—La senyoreta Rahm, tothom sabia que a més a més del seu amic, un barretaire qui no vivia a la dispesa, rebia d’altres senyors, i així els de més dels homes a dispesa la consideraven i veien amb el dolç delit que hom sent en quelcom prou a l’abast per a, qui sap, algun dia també poder-hi ficar grapa.

—El senyor Rebhuhn, vell, asmàtic, funcionari a un banc, molt amistós... tret quan hom discutia la guerra. Tot i jueu, era un ferotge nacionalista alemany, i si mai ningú gosava estar-hi en desacord, com canviava! Llavors es descordava frenèticament en dites pomposes del gènere “ganivetada a l’esquena”; amb allò, tant d’entusiasme furiós se li malmetia en atac d’asma, i sa germana, qui vivia amb ell, se l’havia d’endur. Els altres, sabent el resultat de cap discussió sobre el tema, se n’abstenien, no fos cas que li agafés un atac d’aquells.

—El senyor Hungerbach [epítom del filldeputa, del feixista, de l’autoritari] deia frases abruptes, dites en to de lladruc... Cal treballar fins que els ossos se’t planyin; res altre no es mereix el nom de treball; i si hi ha algú qui no pot suportar-ho, tothom qui sigui feble, més val que es mori, i massa poc, ben tranquils!

(...)

Si algú ha de morir que morin els “herois”. Discutint del Rei Lear.
—Hi acceptaria la mort d’algú més jove, especialment la dels trencapins i milhomes, els guerrers, el gènere de paio qui hom considera heroic; aqueixos qui es morin, al capdavall llur prestigi no es basa sinó en el fet que causen la mort de multituds.

Cal arrelar-se al coneixement.
—Amb el procés de viure, se t’estreteix l’horitzó, cosa que és inevitable; pots però tractar d’evitar-ho i en tot cas contrarestar-ho eixamplant tant com sàpigues les matèries d’interès. [És a dir, fent que les matèries, ben enfonsades, facin micelis, rels, que connectin amb d’altres i facin brollar, ara el bolet, ara l’orquídia, d’un nou coneixement.]

Llibre ver.
—No hi ha llibre més veritable que el format per cada individu enquadernat en si mateix. [La història de son esperit embolicada a son cos.]

Gògol, pare de tota la literatura absurdista (i d’aquella merdegadeta sudamerdicana i pikhobarcelonina que els babaus en deien màgic-realisme, o realisme màgic, tant se val, caca rai).
—La literatura fosca, dostoievskiana, ix tota de L’abric d’en Gògol.

[Tret que cal haver llegit “Viatge a Ponent” (Xiyouji), per exemple, obra gegantina de capdarrers del cinc-cents, per a veure que ací també els “xinesos” ja s’ho havien empescat, i que la coseta esbombada per la presumpció pikhobarcelonina no és sinó molt degenerat, xaró, epigonisme.]

(...)

En Brecht.
—Tenia un immens respecte pels calers — el que importava no era pas de qui venien sinó qui era qui els rebia. [Excel·lent filosofia. El diner podrit que em dónes perquè ets un podrit, ara esdevé tot net i virtuós, com jo.]

—Venia els seus poemes per als anuncis, i ell rai. N’havia escrit un per als automòbils Steyr i, com a pagament, li regalaren un de llurs vehicles.

—No feia gaire cas de qui havia escrit què; se n’apropiava si li convenia, sense més compliments.

(...)

En Grosz.
—Allà el teníeu, tot vermell, empegueït, begut, forassenyadament agitat, perquè n’Ibby l’havia rebutjat davant de tothom, i ningú no s’escandalitzava de la manera com renegava, com rebentava — de sobte, semblava un dels personatges als seus propis dibuixos.

En Marek, condemnat per malaltia a no poder moure’s.
—Tenia un mètode infal·lible per a esbrinar el caràcter d’algú, l’endevinava observant la manera com caminava.

—[El pare de l’esguerrat] era pintor; sa mare se n’havia enamorat en veure’l amunt i avall, tan “artístic”, amb la crina onejant, el barret de feltre, i quan es casaren si n’estava, d’ampla. Tret que darrere la crina no hi havia sinó buidor; s’havia enamorat de la prestància del mec, i en això consistia tot el seu art, en presumir.

En Wotruba.
—Son pare havia ataconat tan bestialment els seus germans més grans quan eren petits que esdevingueren criminals. (...) La crueltat de són pare la trobava molt més repel·lent que no els crims dels seus germans.

Agressivitat de les dones “patidores” (i com més “patidores” més passivament agressives, la gossa qui les cagà).
—[La vídua d’en Jakob Wassermann, Martha, davant la tomba del marit, fent-se veure histriònicament la més soferta de les dones] mes qui se la creia? I per qui plorava, per son pobre home, cardíac, qui s’esdernegà a la feina fins a espitxar-la, per la dolça joveneta qui enterràvem avui, o pels propis escrits, car prou sempre s’havia considerada superior al marit, i ara que el tenia mort estava terriblement decidida a demostrar-ho a tothom.

(...)

Els seus pares, parlant privadament en alemany (ell només sabent el búlgar i les beceroles del ladí).
—De petit, l’enveja que tenia d’aquelles paraules incomprensibles! Em sentia deixat de banda. Car tantost començaven d’enraonar en alemany, no tenien ulls per a ningú altre. Em trobava tan abandonat que em retirava a la meua cambra i repetia desesperadament les paraules sentides, tot i que no n’entenia el sentit. [Després, és clar, només va escriure, sempre, en alemany].


Entretingut, mes, tot plegat, més de palla que no pas de gra.


~0~0~


Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada

blasmeu el missatger

dear wife Douderreig Clares

dear wife Douderreig Clares
The great (and greatly uxorious) American writer Douderreig Rovells dedicated to his dear wife Clares each and every one of his thirty-odd books

gent d'upa

fulls d'adés

covant doncs l'ou

n'Obi Vlit quan jove n'era

n'Obi Vlit quan jove n'era
ai murri!

fotent-hi el nas, i romanent-ne sovint amb un pam